Le chauffeur VTC doit avoir un permis de conduire B avec un certificat de capacité professionnelle. Mais, il y a bien d’autres conditions pour avoir une carte professionnelle VTC et pouvoir exercer ce travail. Voyons ensemble les conditions et les exigences pour exercer ce métier.

Condition d’aptitude professionnelle

L’aptitude professionnelle peut être vérifiée en réussissant un examen d’entrée de chauffeur VTC. Ce concours comporte des épreuves écrites d’admission et une épreuve pratique d’admission dont le programme et les épreuves sont définis par arrêté conjoint du ministre chargé des transports et du ministre chargé de l’économie.

Les épreuves écrites sont constituées d’un tronc commun entre les candidats au métier de chauffeur de taxi et de VTC, et d’épreuves spécifiques au métier de chauffeur de VTC. L’épreuve pratique d’admission consiste en une mise en situation.

Les sessions d’examens sont organisées par les chambres de commerce. Le candidat doit s’acquitter d’un droit d’inscription. L’inscription doit se faire en ligne sur la plateforme dédiée. Il est fortement conseillé aux candidats de régler leurs frais d’inscription en ligne par carte bancaire.

Préparation du certificat d’aptitude professionnelle VTC

Le chauffeur VTC est tenu d’effectuer un stage de formation continue obligatoire de conducteurs de VTC tous les cinq ans dans un centre de formation agréé. Cette formation a pour but de mettre à jour les connaissances du professionnel. Elle comporte plusieurs modules obligatoires, et un module de choix dans une liste prédéfinie. A l’issue de sa formation, le candidat reçoit une attestation de formation continue.

vvtm-formation propose un programme de formation continue de conducteurs de VTC pour améliorer vos chances pour la préparation aux examens VTC.

Les pièces justificatives à fournir lors de l’inscription consistent en :

  • Une photo d’identité récente
  • Une copie d’un justificatif d’identité en cours de validité (CIN, passeport) ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois
  • Une copie du permis type B ;
  • Pour les étrangers ressortissant d’un Etat non membre de l’UE, l’autorisation de travail mentionnée au Code du travail ;
  • Un certificat médical, original et délivré par un médecin conseil, datant de moins de deux ans
  • Paiement des frais d’inscription, par chèque ou directement sur la plateforme d’inscription.

Un candidat ne peut pas passer l’examen s’il a été soumis à :

Un retrait définitif de votre carte professionnelle de chauffeur VTC dans les dix ans précédant votre demande ;

Exclusion pour fraude au concours d’entrée à la profession de chauffeur VTC au cours des cinq dernières années.

La condition d’aptitude professionnelle peut également être déterminée par équivalence. Dans ce cas, le conducteur doit justifier d’une expérience professionnelle d’au moins un an, à temps plein ou à temps partiel d’une durée équivalente, dans le domaine du transport léger de voyageur.

Conditionnement physique

Pour exercer son activité, le chauffeur VTC doit avoir effectué un contrôle médical d’aptitude à conduire auprès d’un médecin agréé par la préfecture. A l’issue de cette visite médicale, s’il est déclaré apte, le conducteur reçoit une attestation délivrée par le préfet.